cabinet de conseil et de formation professionnelle Montpellier

L’absentéisme coûte cher aux entreprises. Voir son taux moyen augmenter de 4,5 % à 18 % de 2015 à 2017 pour un salarié n’est pas du tout réjouissant pour les managers. Il faut adopter une stratégie efficace pour le réduire, en s’attaquant à la cause.

Les facteurs de l’absentéisme au travail

Les causes de l’absentéisme au travail peuvent être considérées sous deux points de vue : celui de l’employeur et celui de l’employé. Le premier point de vue évoque deux voire trois principaux facteurs, à savoir le problème de santé qui peut être physique ou psychologique, et la maladie dite professionnelle.

Ces genres de maux sont cependant provoqués par quatre autres facteurs. Vus par l’employé, ces quatre facteurs sont le plus important est le trop-plein de charges, l’environnement inadéquat, le besoin insatisfait de reconnaissance, et l’inadaptation avec la hiérarchie.

Comment diminuer l’absentéisme au travail ?

On peut résumer la méthodologie à adopter en deux étapes. La première est l’étude du climat social au sein de l’entreprise. Les résultats de l’étude seront analysés et interprétés objectivement. La connaissance de ces facteurs permet de rechercher des solutions bien ciblées pour atténuer le problème.

Si on va plus loin dans l’analyse des données (sans faire des préjugés sachant que chaque entreprise a ses propres causes d’absentéisme), on constate généralement qu’un défaut de management et des mauvaises conditions de travail entraînent des tensions qui génèrent une mauvaise ambiance, et donc un mal-être au travail.

Ces dysfonctionnements internes finissent par désengager les employés. La seconde étape est la constitution d’un groupe de travail qui va définir un plan d’action qu’on appliquera au sein de l’entreprise pour réduire les problèmes, et les supprimer sur le long terme.

Mesures proposées pour réduire l’absentéisme au travail

Certes, mettre en place d’alléchantes infrastructures comme un centre de bien-être, une bibliothèque, une cantine, une salle de détente ou une salle de jeux, peuvent contribuer à la préservation du capital humain, mais il ne résout pas tout à fait le fond du problème. Entamé un peu trop tôt, il s’avère être un gros investissement.

Il faut d’abord trouver des solutions directes comme l’amélioration des performances des ressources humaines, de la communication et de l’organisation interne, sans oublier de changer de tactique dans le management en usant d’un peu plus de bienveillance. De son côté, le salarié est invité à prendre également les mesures adéquates pour réduire autant que possible l’absentéisme au travail, compte tenu des facteurs évoqués plus haut.