cabinet de conseil et de formation professionnelle Montpellier

Dépister le harcèlement au travail est une tâche ardue du fait qu’il ne soit pas toujours repérable ou caché par la personne victime de harcèlement. Les attaques, répétées sur une assez longue période, ont des répercussions négatives sur le moral de la victime. Cette dernière pourra se sentir dévalorisée au point de ne pas avoir le courage de s’exprimer face à cette situation. C’est pourquoi il est nécessaire au sein des entreprises d’être vigilant face à ce type de situations, mais également de faire de la prévention.

Comment repérer le harcèlement moral ?

Non maîtrisée, la situation peut déboucher sur des violences verbales, morales et/ou physiques. La personne victime de harcèlement sort rarement indemne de ces situations. Et, il n’est pas toujours aisé pour la victime de dénoncer la personne qui lui porte préjudice. À noter que cet individu peut être son supérieur hiérarchique, son collègue, un homme, une femme… ou tout un groupe !

Les indices suivants permettent de reconnaître une situation de harcèlement. Ils sont souvent ressentis par la victime. Celle-ci ose rarement en parler, se disant que si elle portait plainte, qui la croirait ou qui la défendrait ?

  • Elle reçoit continûment des critiques, non seulement dans le cadre de ses fonctions, mais aussi sur sa personnalité voire même sur son physique.
  • Les consignes qu’elle reçoit et qu’elle exécute, quoique correctement, sont remises en question voire dénigrées.
  • Laissée pour compte, elle se sent isolée au point d’hésiter à parler avec ses collègues.

Les signes qui peuvent être détectés par les tiers

Bien entendu, les collègues de travail de la personne sujette au harcèlement moral peuvent remarquer le mal-être de la victime, mais de façon confuse. Ils peuvent aussi entendre les critiques du harceleur, si celui-ci ne prend pas le soin de les faire discrètement. Il arrive que l’agresseur discrédite sa cible devant eux. Les injures et les menaces font partie des signes du harcèlement moral au travail lorsqu’ils sont poussés trop loin, les calomnies également. Justement, ces fausses rumeurs qui attaquent l’honneur et la réputation de la victime sont souvent entendues par ses collègues et non par elle, mais tôt ou tard, avec le bouche-à-oreille, elle sera au courant du bruit qui court.

Il est à noter que le harcèlement au travail est constitué d’attaques individualisées et subjectives visant particulièrement un employé, souvent son savoir-faire, parfois son intimité. L’agresseur est le dominant. Il fait preuve de mépris et de haine à l’encontre de sa proie, dominée. Il ne lui explique jamais clairement ce qu’il lui reproche, les reproches étant d’ailleurs inexprimables, sachant que le harcèlement trouve souvent son origine dans la jalousie, dans la vengeance ou la rivalité, ou encore dans du narcissisme déplacé.